La Cave de Léa

Vin, Fun & Popote: le monde du vin raconté par une fille

La veuve Clicquot, première féministe du Champagne

la veuve Clicquot, première féministe du Champagne

Le monde du vin compte encore peu de femmes, coup de projecteur sur l’une des pionnières au destin peu commun et au nom indémodable : la Veuve Clicquot.

Le pari de la veuve Clicquot: reprendre la maison de Champagne de son mari

Tout commence à l’aube du XIXe siècle, Barbe-Nicole Ponsardin-Cliquot a 27 ans. Si elle a déjà vécu les plus grands événements de l’histoire française (la Révolution, les campagnes napoléoniennes, la Restauration), c’est un drame malheureusement banal de la vie qui vient chambouler son destin. Son mari, François, meurt d’une fièvre la laissant seule avec leur fille Clémentine. Certains deuils vous transforment au point de changer votre destin. Ce sera son cas. La veuve Clicquot décide de reprendre la maison de Champagne léguée par François.

Si beaucoup ont souri incrédules. Une femme à cette époque reprendre les rennes d’une entreprise déjà vieille de 33 ans et produisant 100.000 bouteilles annuellement, vous n’y pensez pas ! La veuve Clicquot convainc ses proches, à commencer par les hommes de sa famille: Son père le baron Nicolas Ponsardin, grande figure de Reims et son beau-père Philippe Clicquot, fondateur de la propriété.

Et chose peu banale, le veuve Clicquot devient la première femme à diriger une maison de Champagne.

L’ambition de la veuve Clicquot: Hisser sa maison au rang des plus grandes

Grâce à son fort caractère, son sens des affaires et son audace, la veuve Clicquot multiplie les ventes par sept.  Elle hisse sa maison au rang des plus grandes. Alors que les ventes chutent en France, elle envoie des représentants sur-motivés dans toute l’Europe et aux Etats-Unis. Elle n’hésite pas à clouer au poteau ses concurrents. Comme en 1814 lors de l’abdication de Napoléon, où elle expédie avant tout le monde une cargaison de Champagne à Saint-Pétersbourg.

Son expansionnisme commercial bien au-delà des frontières ne lui fait pas perdre de vue son ambition territoriale champenoise. la veuve Clicquot rachète petit à petit, parcelle par parcelle, 515 hectares de vignes au cœur des meilleurs crus, gage de qualité de ses vins.
Elle comprend vite qu’on ne construit pas un empire de cette dimension toute seule. Elle s’entoure de collaborateurs de confiance comme Edouard Werlé, qui hérite à sa mort (à 88 ans !) de la gestion de la désormais célèbre maison.

L’invention de la veuve Clicquot: La table de remuage

Enfin comme il faut aussi avoir le sens du partage, la veuve Clicquot lègue à toute la Champagne une belle invention technique: La table de remuage (qu’on appelle aujourd’hui un pupitre). L’invention en question consiste en une table inclinée avec des trous dans lesquels les bouteilles sont placées la tête en bas pour faire glisser le dépôt et éclaircir le Champagne.

La veuve Clicquot a par la même occasion créé un métier très prisé dans la région, celui de Remueur, qui peut tourner dit-on jusqu’à 60.000 bouteilles par jour. Toute une technique !

Si aujourd’hui la maison appartient au groupe LVMH (qui l’a rachetée en 1986) l’empreinte de celle que l’on surnomme ‘la grande dame de la Champagne’ demeure. La maison décerne ainsi chaque année depuis 1972 le prix Veuve Clicquot de la femme d’affaires à des femmes partageant les mêmes valeurs que notre veuve : esprit d’entreprise, créativité et détermination!

la veuve Cliquot, premiere Feministe Champagne

 

Leave a Reply

Information

This entry was posted on 19 October by in Les potins du vin and tagged , , , .